Découvrez la liberté de maîtriser vos cellules robotisées

 

Vous connaissez Kuka ou Fanuc? Si oui, vous savez qu’il s’agit des robots préprogrammés les plus couramment installés en entreprise. Cependant, malgré les très nombreux avantages qu’offre leur utilisation, un inconvénient de taille subsiste : quand ils affichent un diagnostic d’erreur, il faut arrêter la production et attendre le programmeur! « Depuis que nous avons des employés formés à programmer les robots, ce genre de pépin n’arrive pratiquement plus et notre production est vraiment optimale », raconte Nicholas, ingénieur chez Teknion. Découvrez sa méthode ici.

Si les termes « Kuka » et « Fanuc » vous sont familiers, vous savez probablement qu’après l’installation des cellules robotisées dans une entreprise, la maîtrise des fonctions de ces engins stabilise et augmente la productivité.

Les robots font partie intégrante des procédés industriels : à l’heure actuelle, au Québec, plus de 50 % des entreprises manufacturières ont ajouté un ou plusieurs robots à leur production. Non seulement les cellules robotiques règlent des problèmes de constance, diminuent les coûts de production, augmentent la compétitivité et la productivité, mais ils permettent également d’éviter les blessures liées au travail répétitif et les erreurs d’inattention. Cela dit, l’acquisition d’un robot en entreprise est tributaire d’un investissement financier important et demande un minimum de connaissance de la part de ses opérateurs.

Dans la plupart des cas, les robots sont préprogrammés et une simple formation de base permet une utilisation quotidienne normale. Mais qu’arrive-t-il quand il y a un pépin ou un diagnostic d’erreur? Pour éviter les longs arrêts de production, plusieurs entreprises ont cherché à faire former leurs employés, à l’interne, plutôt que de devoir attendre la visite d’un programmeur.

« À la demande de certaines entreprises et en collaboration avec les compagnies de robots, le service aux entreprises du Cégep de Lévis-Lauzon a développé une formation qui répond largement à la demande d’autonomie des compagnies de la région Chaudière-Appalaches », dit Annie Bachand, conseillère pédagogique du cégep.

« Nous sommes allés chercher des formateurs qui connaissaient les procédés les plus courants et les modèles de robots les plus répandus : Kuka et Fanuc, bien sûr, mais l’acquisition d’autres robots pourraient également être envisagée. Il se pourrait aussi que nous exportions notre expertise dans d’autres régions du Québec. Actuellement, il s’agit de la seule formation en groupe, multientreprises, disponible en français », explique pour sa part Kathleen Cantin, directrice de la formation continue et des services aux entreprises du Cégep de Lévis-Lauzon.

Pour Nicholas Demers, ingénieur de projets et innovations chez Teknion Roy & Breton, il s’agit d’une formation essentielle à la motivation et à la valorisation des employés concernés par la robotisation. « Ça change tout de savoir analyser, de pouvoir comprendre et résoudre les problèmes du robot! Nous sommes mieux outillés pour faire le suivi des projets auprès de notre intégrateur », dit-il.

M. Demers ajoute: « La formation comporte une part égale de théorie et de pratique sur des cellules robotisées spécialement conçues pour la formation des robots que nous utilisons. Elle est donnée en français et comprend également des sessions de coaching en entreprise, modulables selon le degré de connaissance et d’expérience des participants. »

Une formation qui a une incidence sur la productivité, la rétention du personnel, la mobilisation des équipes, qui est disponible en français et certifiée par le fabricant du robot : c’est ce qu’offre la Direction de la formation continue et des services aux entreprises du Cégep de Lévis-Lauzon.

Les directions de la formation continue et des services aux entreprises des 48 cégeps du Québec vous proposent un accès unique à l’ensemble des services aux entreprises via le site Internet de cegepsetcies.com

À lui seul, le champ d’expertise « Industriel », dans lequel figure la formation « Analyse de procédés et robotique », propose près de 65 formations à travers le Québec.