BIM s’installe au Québec

 

Dans quelques années, les principes fondamentaux du MIB/BIM (modélisation des données du bâtiment) seront la norme chez tous les intervenants en construction pour plusieurs donneurs d’ouvrage. Mais c’est dans l’immédiat que plusieurs veulent appliquer ces principes. Consultez cette nouvelle dans laquelle Julien, associé délégué chez CIMA +, explique comment accéder maintenant à la seule formation francophone accréditée par CanBim (le Conseil canadien de la modélisation des données du bâtiment).

Qui se souvient de l’effet euphorisant produit par l’avènement de la conception assistée par ordinateur dans le monde de l’architecture? Plusieurs des intervenants des chaînes décisionnelles en construction seraient aujourd’hui incapables de concevoir leur travail autrement qu’avec un ordinateur, comme la plupart des gens. Il en sera rapidement de même avec la modélisation des données du bâtiment (BIM).

Dans quelques années, les principes fondamentaux du BIM constitueront la norme chez tous les intervenants en construction. Mais, pour plusieurs employeurs, c’est dans l’immédiat que doivent être appliqués ces principes. Qu’en pense Julien Jean-Charland, associé délégué chez CIMA+? « Quand les donneurs d’ouvrage exigent un chantier BIM, je me félicite d’avoir suivi la formation. Avec ma certification CanBim, j’ai appris en accéléré ce qui m’aurait pris des années à acquérir autrement, et je suis qualifié pour décrocher les contrats qui l’exigent! Dans notre boîte, nous recommandons cette formation à la plupart de nos collègues. »

Le BIM est une représentation numérique des caractéristiques physiques et fonctionnelles d’une construction. Son principe fondamental repose sur la collaboration des divers intervenants qui participent à l’une ou l’autre des phases du cycle de vie d’un bâtiment donné. Il ne se limite pas à appliquer une méthode de travail particulière ou à utiliser un type précis de logiciel. « Il s’agit d’une tout autre façon de voir la gestion d’un patrimoine bâti. Le succès universel du processus BIM réside dans son efficience en matière d’organisation du travail », affirme Jean-François Lapointe, conseiller pédagogique à la Direction du service aux entreprises, de la formation continue, des stages et du placement du Cégep Limoilou.

En consortium avec le Cégep du Vieux-Montréal, le Cégep Limoilou offre le programme d’éducation BIM (PeBIM) de l’AGC (Associated general contractors of America), conçu en collaboration avec des chefs de file du BIM, des entreprises technologiques et des formateurs, pour répondre aux besoins de l’industrie. Le programme d’éducation BIM (PeBIM) est la seule formation francophone accréditée par CanBIM, le Conseil canadien de la modélisation des données du bâtiment.

Pour Julien Jean-Charland, ing. PA LEED BD+C et associé délégué chez CIMA+, « le processus BIM change les façons de travailler entre intervenants. Un nouveau langage doit être appris et partagé ». Il ajoute que « certains clients nous obligent maintenant à utiliser les méthodes CanBim ». De plus, il s’agit d’un gage que le preneur de contrat « dépasse les attentes, qu’il offre une valeur ajoutée. Comme il n’en est pas question dans nos formations universitaires, ceux qui possèdent la certification sont plus polyvalents, plus à jour face à l’évolution de leur métier ».

Les directions de la formation continue et des services aux entreprises des 48 cégeps du Québec vous proposent un accès unique à l’ensemble des services aux entreprises via le site Internet de cegepsetcies.com

À lui seul, le champ d’expertise « Construction et architecture », dans lequel figure la formation « PeBIM », propose près de 59 formations à travers le Québec.